Blog² | Orangina Rouge

Espace d'expression. Mais pourquoi ... ? Parce que !

Rando / Course

[Récit + liste] Mon demi-camino en Oise-Pays de France

Rédigé par OranginaRouge - - aucun commentaire

J'ai effectué une randonnée au mois de mai 2015 sur plusieurs jours. J'avais originalement publié mon "récit" sur le forum de randonner-leger.org . C'est une pratique sympathique pour offrir un retour d'expérience et puis avoir quelques commentaires ou idées par rapport à la sortie.

J'ai décidé de récupérer mes écrits pour les rappatrier ici et en garder une trace. Je souhaite à l'avenir plutôt faire l'inverse : rédiger mon récit ici puis aller le copier-coller sur le forum RL.
La sortie date du 14-15 mai et le fil de discussion du 17 mai.


Lire la suite de [Récit + liste] Mon demi-camino en Oise-Pays de France

[Rando] - Mes essais de montage de tarp

Rédigé par OranginaRouge - - 4 commentaires

Hop, j'ai craqué sur une tarp decathlon. Selon randonner-leger.org, c'est le plus simple pour débuter en tarp. Comme ce n'est pas simple de démarrer, j'écris ici un récapitulatif de ma découverte.

À peine acheté, j'ai déjà pu m'y essayer et j'ai testé 5 configurations.
J'ai noté pour chacun des montages la configurations nécessaires ; cela s'entend « sans arbre » car des sardines peuvent être remplacées en accrochant les haubans à des arbres.

Lire la suite de [Rando] - Mes essais de montage de tarp

[Course] - Ce n'est pas si dur

Rédigé par OranginaRouge - - 2 commentaires

Je me suis mis à la course à pied il y a quelques mois.
J'avais besoin de quelques choses d'autres, qui me change de la rando et de l'escalade. J'adore ces deux sports mais il ne sont pas assez « sur le fond ».

C'est dur ? Non ! C'est facile.
Exemple de ce soir.

  • H-7min : je décide d'aller courir ;
  • H-5min : je sors mes vêtements de courses et je vérifie que mon application de course sur smartphone (le bête trackerg GPS OsmAnd) est prête ;
  • H-3min : je sors mon bonnet, mes gants et mon tour du cou en polaire ;
  • H-2min : j'enfile ma tenue ;
  • H-1min : je dégraffe mes clefs du trousseau ;
  • H-0 : GOOOOOoooooooooooo
  • Je descends les escalier, je file dans la rue, je cours - à mon rythme.
    Je régule mon rythme. Je profite du paysage. Au cours de cette course, je verrais :
    • Les feuilles d'automne un peu partout ;
    • des gens qui parlent dans le frais, sur le quai de la gare ;
    • un homme promènant son chien qui dit « quel froid » lorsque je passe à son niveau ;
    • un cobra géant de 4 mètres taillé dans un buie ;
    • un type en voiture qui matte mes jambes pour se rendre compte que je suis bien en short alors qu'il fait 8°c ;
    • le camion de pizza, toujours au coin de la rue ;
    • 3 jeunes femmes qui se taisent alors que je passe à leur niveau dans une longue allée ;
    • furtivement au bout d'une rue, au autre coureur nocturne comme moi ;
    • encore les feuilles d'automne ;
    • et cette petite descente où je me permets carrément un sprint.
  • H+25min : je suis chez moi ;
  • H+28min : j'ai fini de regarder ma trace GPS et ce que j'envisage pour la prochaine sortie ;
  • H+30min : je suis dans la salle de bain pour une douche alternée comme je les aprécie ;
  • H+45min : ça y est, j'ai récupéré. Je suis devant le pc, une bouteille d'eau à la main, en train d'écrire cet article.

Et vous ? Vous avez fait quoi durant cette dernière heure ?
Vous avez regardé le journal TV ? 3 épisodes de How I met your mother ? Utilisé votre voiture pour aller faire des courses ?

Allez, c'est facile : sortez-vous.

[Rando] - Retour d'expérience sur mon matériel de cuisine

Rédigé par OranginaRouge - - aucun commentaire

Troisième billet d'une série de trois sur ma récente randonnée dans le Cotentin.

J'étais responsable du matériel de cuisine pour les 4 mangeurs que nous étions. En plus, le repas est un moment important et il a fallu faire attention à ne rien oublier d'important pour que cet instant se passe bien.
Cette partie était clairement un poids lourd de mon sac mais, je pense, inévitable.

Réchaud à bois

Wild Woodgas stove - 289g
Dernier gros achat de mon matériel et surtout première fois que j'ai ce genre de réchaud. Je l'avais déjà utilisé mais dans des conditions confortables (abondance de bois sec, réchaud classique de secours a disposition, ...). Ici j'ai pris le pari de miser uniquement dessus et cela a été une bonne décision. Il est facile à mettre en place et une fois démarré, il carbure.
La première fois, j'ai utilisé exclusivement des pommes de pin ; c'était excellent. Il me fallait juste faire attention a ne prendre que des petites. La seconde fois, j'ai du faire une récolte de bois sec ; ça s'est bien passé. J'en avais même récupéré un peu trop, j'ai été surpris par l'efficacité. Seul bémol : le réchaud s'étouffait par moment et il était nécessaire de relever la popotte pour l'alimenter correctement.

Oeuf Manise

10g ?
Mais qu'est-ce que c'est? Au lieu d'acheter un allume-feu cher, ici on mets simplement du coton, ou du papier, dans un oeuf en plastique de kinder surprise. On enduit cela d'essence (ou d'alcool) et on referme. C'est a peu près hermétique et ça permet de ne pas être trop inquiet quant a l'allumage du réchaud.
Ayant déjà galéré, j'ai bien fait d'en prendre. C'est beaucoup + pratique et ça ne pèse pas grand chose. Au fait, je tiens a créditer son "inventeur" David Manise, instructeur de survie.

Pare-vent

10g?
Finalement, je ne m'en suis pas servi contre le vent. En général, le vent n'était pas trop fort ; et quand il y avait une petite brise, cela attisait le réchaud.

Réchaud à alcool

Groove Stove - 8g
Le fameux Groove Stove. Je l'avais un peu en cas de problème avec le réchaud à bois, ce qui n'est pas arrivé. J'avais pris 2 fioles (en fait des petits paquets de Pom'Potes vides) d'alcool à brûler, il y en avait donc clairement une en trop...

Popote

Popote 2 personnes de Decathlon/Quechua - 342g
Joue toujours bien son rôle, a bien subi les flammes du réchaud à bois. Et bien qu'elle était toute noire à la fin, j'ai réussi à la récupérer très bien une fois chez moi. J'ai apprécié aussi qu'elle soit en aluminium car cela transmet plus vite la chaleur. Et c'est agréable quand le réchaud fait des siennes.

Gobelet

32g
À la base, je les avais pris pour boire mais finalement, ça a servi à partager la nourriture et manger chacun de son côté. À plusieurs, c'est pratique ; mais inutile en solo/duo.

Spork

11g
Ensemble fourchette+cuillère. Au final, j'ai tendance à penser qu'une cuillère simple suffit. D'autant plus que sur les 4 que j'avais, 2 sont cassées...
Et puis aussi, une cuillère longue n'est pas forcément nécessaire, avec juste un bout de cuillère, j'ai pu manger jusque au bout du gobelet.

Conclusion

Spécifiquement à la cuisine, c'est assez lourd mais j'emportais la matériel pour 4 personnes, durant 3 jours et sans exactement savoir ce que l'on allait manger. J'ai d'ailleurs eu raison car on s'est préparé une poêlée de carotte/navet/poireau le second soir ! C'était très agréable.
Évidemment, pour une sortie solo/duo, je prendrais + léger (et moins encombrant).

Enfin de manière générale sur cette rando, pour mon cas, la matériel de bivouac + les vêtements + la cuisine représente 80% du poids total de la liste (5kg sur les 6,1kg initiaux). C'est assez important et c'est pourquoi j'y accorde de l'importance. Je pense que je vais avoir du mal à diminuer davantage les poids. J'ai quelques efforts possible pour l'abri en passant au tarp optimisé mais cela nécessite un certain investissement (soit de temps, soit d'argent).

Et sinon, je tiens à dire que j'ai été très content de faire cette rando. En dehors de l'aspect matériel, c'était une expérience personnelle forte de par ce que j'ai rencontré et la région était très sympa !

[Rando] - Retour d'expérience sur mes vêtements

Rédigé par OranginaRouge - - aucun commentaire

Second billet d'une série de trois sur ma récente randonnée dans le Cotentin.

Je me suis plutôt "limité" comparé à ce que certains ont l'habitude de prendre. J'entends par là, que j'ai pris peu de vêtement.
Cependant je suis globalement content de mes choix et serait prêt à les renouveler.

Tee-shirt

Manche longue mérinos zippé - 243g
Trouvé en fin de série pour vraiment pas cher à décathlon, 15€, j'apprécie beaucoup cette tenue. Certes, ce n'est pas l'idéal quand il fait au-dessus de 20 degrés avec du soleil mais c'est une première couche très confortable, même un peu humide ; et surtout, ça ne sent pas mauvais et ça c'est un confort supplémentaire en plus de son rapport poids/chaleur (je crois que c'est du 220g/m²).

Polaire

279g
C'est un modèle fin, juste zippé en haut (comme le tee-shirt) avec des passe-pouces au bout des manches. Vraiment très appréciable, confortable et chaud tout en restant léger ; j'ai toujours veillé à la garder au sec et l'ai porté torse nu lorsque mon tee-shirt était mouillé et cela ne m'a posé aucun soucis.

Imperméable

Quechua Rain-cut Zip (intégralement) - 268g
Le modèle phare de la marque pour se protéger de la pluie. C'est la pièce vestimentaire qui m'a le plus déçu. Son efficacité coupe-vent ou de première veste quand la polaire est trop chaude ont été à la hauteur. Seulement, son usage pour couper de la pluie m'a déçu.
Après une grosse pluie (4mm sur ~1h), j'avais le bas, les manches et le centre de mouillé. Le bas, c'est un peu ma faute : c'est remonté par capillarité à partir du short. Le centre, à la limite, j'accepte car cela s'explique par la présence du zip. Mais j'avais les manches vraiment mouillé et l'eau a réellement traversé le tissu. Certes, il y avait du vent mais c'est souvent le cas quand le temps est pourri...
Bref, peut-être que la prochaine fois j'utiliserai la version moins chère, avec un zip plus court mais où l'eau ne traverse vraiment pas, quitte à transpirer un peu dedans...

Short

Kalenji Running Essential - 98g
Plutôt content. C'est sûr, les gens sont un peu surpris de la tenue quand on passe en ville mais utilisé conjointement avec un pantalon selon la situation, ça passe bien. Utilisé sans sous-vêtement, aucun soucis sauf une légère irritation à l'entrejambe mais ça dépend un peu des jours...
Il m'a quand même manqué une poche : pour transporter la carte, un papier avant de le jeter à la poubelle, le smartphone pour prendre des photos,... Mais en tout cas, c'était appréciable qu'il sèche rapidement en fin de journée, après la pluie ou après une baignade dans la mer.

Pantalon

Quechua Arpenaz 50 - 266g
Modèle simple et léger en toile. Permets de passer plus ou moins inaperçu en mode citadin et surtout d'apporter un confort thermique supplémentaire le matin à la fraîche ou le soir au bivouac. La fausse ceinture est toujours autant inutilisable, il faut vraiment que je la bricole.

Chaussures

Kalenji Kapteren Discover - 598g
Je suis content de l'aspect à la fois sobre et simple qui passe bien en ville et du côté léger et séchant vite au soleil par sa couleur noire. J'ai quand même regretté un début d'ampoule à la base des orteils, au centre des pieds. Heureusement, ça n'a pas explosé.
Encore une fois, ce sont des chaussures avec un talon trop important ; j'aurais apprécié un drop plus faible. Je suis assez content pour le prix mais je pense que mes pieds méritent mieux. Malheureusement c'est dur de trouver les bonnes chaussures : les modèles qui m'intéressent ne sont que sur Internet et je ne peux pas les essayer pour confirmer mon avis et donc mon investissement...

Casquette

79g
Le seul moment où je ne la portais pas, c'était lorsque je dormais. J'ai apprécié l'efficacité contre la pluie, l'apport de chaleur (ou simplement éviter qu'elle ne parte), la protection - relative - contre le soleil et puis... le look ! :-)
Bref, mon second fidèle accessoire (avec le TS).

Jupe de pluie

Vu la météo prévue, j'ai hésité à m'en construire une ; soit à base de polycree (cher) soit avec un sac poubelle. Finalement je me suis résigné en me disant que j'allais marcher en short sous la pluie, ce que j'ai fait. C'est donc un vêtement que je n'ai pas emporté. Mais je l'ai un peu regretté pour 2 raisons ; tout d'abord mon short mouillé a fait remonter l'eau par capillarité à mon tee-shirt qui était pourtant protégé - j'ai donc eu le ventre mouillé. Ensuite avec le vent, la pluie est une sensation très désagréable sur les jambes nues - cela m'a d'ailleurs provoqué des douleurs aux articulations durant l'averse (heureusement, cela s'est dissipé le soir).
Ainsi je pense me construire cela pour la prochaine rando. Le look sera amusant mais sous la pluie on s'en moque un peu.

Conclusion

Je pense qu'il faut que je revois un peu la partie pluie mais j'ai ce qu'il faut pour une rando clémente jusque 5 degrés (en activité). Seulement la partie vêtement de bivouac qui peut être à adapter mais sinon je pense que cette partie de ma liste va rester fixe pour un moment.
Il n'y a peut-être que les chaussures où il faudrait que je fasse un investissement.
Au final j'arrive à un total de 80€ et 1,8kg ce qui me semble très correct.

NB : et oui, pas mal de matériel Decathlon mais il faut avouer qu'ils font du matériel pertinent à un prix accessible. (Ce billet n'est pas du tout publi-rédactionnel.)

[Rando] - Retour d'expérience sur mon matériel de bivouac

Rédigé par OranginaRouge - - aucun commentaire

Je suis allé faire récemment une randonnée de 3 jours dans le Cotentin. Étant fidèle au principe de randonner léger, j'ai porté une attention particulière au matériel que j'emportais. Ici donc, un premier retour sur ma liste ; pour le moment sur ce qui concerne le matériel de bivouac / couchage.

Tente

Toile extérieure de la Quechua T2 Ultralight Pro
Je suis vraiment convaincu par l'inutilité de la chambre (lorsque utilisée avec un polycree). Cela permet de gagner de l'espace et n'apporte pas grand chose. Le seul inconvénient est qu'avec ce modèle, la toile n'est pas plaquée au sol sur les côtés ; cela laisse un espace d'environ 10cm dans lequel le vent s'engouffre.
Avant de partir, j'ai hésité à ajouter une sangle pour une sardine supplémentaire au centre de chaque côté pour mieux plaquer la toile au sol. J'aurais peut-être dû car un coin de la tente s'est décroché dans la nuit de vendredi et c'était pas forcément agréable de se lever en pleine nuit pour braver les éléments (en même temps, on l'a cherché en se posant dans le sable terreux...).

Sac de couchage

Camp Evo150
Là, j'ai été vraiment surpris. C'était la première fois que je l'utilisais en conditions réelles et à surtout au-delà de ses limites théoriques. À savoir que selon la norme EN 13537, la température confort est de 12°C et la température limite est de 8°C. Je pensais donc être « tranquille » à 10° et pouvoir supporter un peu plus froid avec ma polaire fine et mes chaussettes en complément.
Au plus froid de la nuit, on est descendu entre 6 et 8°. Je n'ai pas eu particulièrement froid au corps, pas de grelottement ou autre. Mais, souhaitant conserver le visage - du moins le nez et la bouche - à l'extérieur du sac pour éviter la condensation d'humidité dedans, j'ai eu particulièrement froid à cet endroit sans trop savoir quoi faire... Donc dans le même genre de condition il faudra que je trouve une solution.

Bâche de sol

Arklight Polycree
Encore une fois je l'ai utilisé 1/ pas tout seul 2/ dans des conditions que je ne maîtrisais pas très bien : vent, forte humidité, épine de pins. Et j'ai été bluffé ; cette bâche prends vraiment peu de place et procure une réelle barrière avec l'humidité du sol tout en étant relativement résistante.
Couplé à un matelas posé tranquillement dessus et en faisant attention, cette bâche (ou devrais-je dire film plastique) est vraiment extra.

Matelas de sol

Quechua
Avant, j'avais un matelas auto-gonflant 3/4. C'est plutôt confortable en étant pas trop lourd. Mais cette fois, je suis parti avec un matelas mousse. Et même si le confort est un peu moins là, c'est quand même agréable d'avoir quelque-chose de 2 fois + léger et surtout "indestructible" : pas d'inquiétude pour le poser dans l'herbe quand on mange ou autour du feu. Et puis surtout, c'est pas cher. Bref, assez content.

Conclusion

Pour le moment, je pense être assez optimal sur cette partie de mon équipement. Sur l'ensemble, je suis à environ 1,9kg. Je suis assez content car c'est un poste du sac à dos plutôt lourd mais pour lequel les compromis confort/légèreté ne doivent pas être abusifs.